Il y a vraiment de quoi pleurer

Au quotidien, j’essaie toujours de faire preuve de tolérance et d’ouverture d’esprit mais là je crois que je viens d’atteindre mes limites. J’étais en train de regarder la fiche de « Cry, cry, cry » de Francien Sittrop. La choré à l’air facile et sympa, de ce côté-là, tout va bien. Mais la musique… Une hérésie. Une véritable abomination : une reprise de disco de « Cry to me » de Monsieur Solomon Burke. C’est monstrueux. Franchement. Autant j’adore Precious Wilson quand elle chante « One way ticket », autant je trouve sa version de « Cry to me » absolument effroyable. J’exagère ? A peine.

Voici le cover :

Et voici la version originale par le seul et l’unique Solomon Burke, the king of rock’n’soul, immortalisée par la danse lascive de Patrick Swayze et Jennifer Grey (Dirty Dancing, encore!). Soooo sexy…

Non mais y a pas photo quand même !!!
J’en ai écouté des reprises (les Stones, Duffy…) mais celle-là, pour moi, c’est la pire. Jamais je ne vais pouvoir danser sereinement la choré avec une musique pareille.  Ah ça non, impossible. C’est au-dessus de mes forces. Ne vous étonnez donc pas de ne pas la voir dans mon programme. A la place, on va faire de la valse. C’est bien, la valse, non ? De toute façon, vous n’avez pas le choix.

Allez, pour finir quand même sur une note encourageante et positive un petit coup de « One way ticket » parce qu’il est top ce morceau-là :

Pourquoi on ne peut pas danser là-dessus plutôt ?? Ah mais non, j’avais déjà oublié, j’ai dit que demain on faisait de la valse. Souriez !

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le !
Twitter Facebook Google Plus Linkedin

2 thoughts on “Il y a vraiment de quoi pleurer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *