La cage aux poules

cagepoulesEst-ce que vous vous souvenez de ce que vous faisiez l’après-midi du 14 juin 2008 ? C’est sûr, ça ne date pas d’hier. Mais moi qui note tout, je peux vous dire que la plupart d’entre vous assistait à une conférence des plus intéressantes sur l’histoire de la musique et de la danse country. C’était à Lembeye et nous étions en compagnie d’Alain et Sabine de Country Music Attitude. (Décidément, Sophie a toujours de très bonnes idées…).
Bref. Durant leur exposé, ils nous ont passé de nombreux extraits de films et moi, en bonne élève que je suis, j’avais dressé ma petite liste dans l’intention de regarder tout ça à l’occasion. Mais les occasions ne se présentent pas souvent, malheureusement. Et puis le mois dernier, devinez ce que j’ai trouvé dans ma médiathèque préférée ? La cage aux poules ! Mais si, on avait vu un extrait où des footballeurs assez dénudés dansaient en ligne dans les vestiaires. Non ? personne ne se souvient ? Bon, j’explique.

Nous sommes à Gilbert, petite ville tranquille du Texas, à la fin des années 40. Les habitants cohabitent en bonne harmonie avec les pensionnaires du Chicken Ranch, une véritable institution dans la région. Autant vous le dire de suite le Chicken Ranch, c’est un bordel grand standing dirigé de main de maître par une Dolly Parton extraordinaire en mère maquerelle (elle a d’ailleurs eu une nomination aux Golden Globe Awards pour ce rôle*). Appréciée de tous, elle contribue aux bonnes œuvres de la communauté tout en filant le parfait amour avec le shériff du coin (Burt Reynolds). Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes si un horrible présentateur télé ne s’était pas mis en tête de dénoncer cet état de fait et de faire fermer l’établissement au nom de la morale. Miss Mona parviendra-t-elle à sauver son commerce ? Le shériff Ed Earl Dodd saura-t-il se défendre des accusations de corruption qui l’accablent ? Leur liaison resistera-t-elle à la tourmente ? … vous le saurez en regardant … « The best little whorehouse in Texas« .
Bon, assez ri. Je vous avoue que j’ai failli éteindre au bout de 10 minutes parce que je trouvais que c’était un peu niais mais finalement ça se laisse regarder quand on n’a vraiment rien de mieux à faire. La bande son est plutôt sympa. Oui, c’est vrai, j’ai oublié de vous dire : c’est un film musical adapté d’une comédie musicale de Broadway, elle-même inspirée de faits réels. Donc, les chansons sont sympas. Vous y trouverez notamment une version de « I will always love you » dont je vous avais parlé le 14 février dernier. Les dialogues ne manquent pas d’humour, les acteurs ne sont pas mauvais, mais je ne sais pas, il me manque quelque chose pour dire que j’ai aimé. Malgré cela, je suis quand même contente d’avoir vu ce film car il me semble qu’il fait partie de la « culture country ». Et puis je crois que je n’avais jamais vu jouer Dolly Parton.
Toutefois, je ne vous conseille pas d’acheter ce DVD. Pour vous faire une idée, louez-le, ou mieux, empruntez-le dans une médiathèque (et n’oubliez pas de dire aux bibliothécaires qu’ils font un boulot remarquable). Et puis, si le charme de Dolly opère, investissez.

* dixit Wikipedia

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le !
Twitter Facebook Google Plus Linkedin

4 thoughts on “La cage aux poules

  1. Je découvre avec ravissement que ma collègue arrive à écrire plus de dix lignes sur un film, avec talent qui plus est, mais visiblement c’est où elle veut et quand elle veut, puisque chez nous, pour lui soutirer trois lignes il faut la menacer avec un roman américain. ( « Mais j’y arrive pas, pfff, j’ai pas l’temps, pfff, marre quoi », enfin vous la connaissez mieux que moi). Quelle mauvaise foi. Et je tiens à rectifier un point : MB n’a pas « trouvé » La cage aux poules dans « une » médiathèque. Elle a exigé que je l’achète lors de notre sélection « film musical ». Comme je n’avais pas envie d’écouter de la country en boucle pendant une semaine, j’ai obtempéré. MB, si tu m’entends, le prochain billet sur le blog c’est toi qui l’écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *