Survivors

Je tiens à rassurer tout le monde : les danseurs du 2e groupe d’Aïcirits ont tous survécu à leur premier cours avec moi.
Enfin, je crois.
Et ils ont du mérite, parce qu’on a attaqué direct avec Addicted to love et, finalement, elle n’est pas si facile que ça, cette danse. Entre les nouveaux pas à apprendre, l’enchaînement à retenir, les positionnements du haut du corps à assimiler et le style à intégrer, nous avons eu quoi de faire. On aurait même pu y passer 2 heures… Non, non, je blague, je ne compte pas vous en resservir une heure de plus la semaine prochaine.

Par contre, pour faciliter vos révisions, vous trouverez la fiche des pas dans la partie « chorés » du blog (c’est une vielle danse, c’est pour ça). Très exactement : .
Au niveau des vidéos, je suis très moyennement emballée par ce que j’ai pu voir sur le web. je vous propose quand même celle-là pour vous aider, et puis elle vous donnera peut-être des idées pour y ajouter votre touche personnelle :

 

Tant que j’y suis, je vous mets aussi le clip de la version originale interprétée par Robert Palmer vu que j’ai fait un flop complet en vous le citant. Pour votre culture personnelle, c’est le même qui chante « Doctor, doctor, give me the news, I’ve got a bad case of loving you…. ». Bref.

Depuis sa création en 1986, le titre a fait florès et de nombreux artistes l’ont mis à leur répertoire ; Tina Turner, par exemple. Nous, nous utilisons  la reprise de Kimber Clayton.
Je précise ; parce que c’est important à mes yeux de connaître un peu les musiques et les artistes sur lesquels on danse.

Bon, ben, je pense que j’ai fait le tour de tout ce que je voulais vous dire. Je vais donc pouvoir aller me coucher parce que figurez-vous que ça m’a complètement épuisée, moi, ce cours de lundi.
Alors, gau on everybody et on se quitte en musique, comme il se doit, avec un dernier cover de Addicted to love par Florence and the Machine :

… you can’t sleep, you can’t eat, there’s no doubt, you’re in deep, your throat is tight, you can’t breathe, another kiss is all you need…

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le !
Twitter Facebook Google Plus Linkedin

13 thoughts on “Survivors

  1. Mais c’est affreux ce que tu nous dis là.  » Enfin je crois  » (sic) Donc tu n’es même pas sûre finalement que tout le monde en ait réchappé ? Et ça ne t’empêche pas de dormir et de manger ? Mais alors tes danseurs ont affaire à une machine sans coeur ? Une sorte de robot ?

    1. Détrompe-toi, je n’arrive plus ni à dormir, ni à manger, mais en même temps, comme j’ai très mal aux dents, ça vient peut-être de là. Et puis, faut pas exagérer non plus, les gens font pas un cours de danse avec Terminator !!!

  2. qu’elle a essayé d’ apprendre, retenir, assimiler, intégrer, en deux heures, les leçons, les conseils, les instructions, les recommandations, de la machine sans coeur. Elle a dit qu’elle en redemande et que lundi prochain, elle pointera présente à Aicirits et que c’est avec un grand plaisir qu’elle retrouvera le robot. Puisse-t-elle, un jour, danser comme une machine sans coeur!

    1. Chère rescapée,
      Merci de ce témoignage. J’espère que Nanard sera rassuré. Je profite de l’occasion pour l’inviter à assister à l’une de nos séances : il pourra ainsi vérifier par lui-même qu’aucun danseur n’est maltraité durant les cours. Enfin, je crois. ..

  3. Je comprends ton emballement très moyen pour la vidéo. Tu nous avais présenté cette danse comme sensuelle…… Mais ce sont des robots qui dansent ?

    1. Oh tu es dure là ! et après on va venir dire que c’est moi qui n’ait pas de cœur ! C’est vrai que la danse a un côté un peu mécanique mais vu la place qu’ils ont et la longueur de la musique (passées les 2 premières minutes tu commences à fatiguer), je les trouve plutôt pas mal, surtout comparé aux autres vidéos que j’ai pu voir. Mais je suis ravie de ton commentaire parce que ça me prouve que tu as écouté tout mon blabla de lundi !!

  4. Bravo, chère rescapée, continue dans cet esprit là.
    Mais je tiens à te préciser que je n’attaquais pas directement ton professeur que je connais assez bien, c’est ma façon à moi de la titiller pour qu’elle fasse toujours mieux. Mais a-t-elle besoin de cela finalement ?
    Par contre, maintenant que l’invitation est lancée, je reviendrai assister à une de vos séances, non pas pour m’assurer que personne n’est maltraité, mais pour parfaire mon style et, là je t’assure, il y a du travail.

  5. En ce jeudi 13 octobre, je me pose tout d’un coup la question : qu’est devenue la rescapée du lundi
    3 octobre ?
    Elle n’a pas donné signe de vie depuis lundi, alors que la semaine dernière elle affirmait « pointer présente avec le robot ».
    N’a-t-elle point survécu ce lundi-ci ?
    Mais peut-être n’est-elle plus en état de pouvoir s’exprimer ?
    Alors je pose la question à son professeur :
    as-tu encore découragé les âmes pleines de bonne volonté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *